Suivez-nous :

Obsolescence et mobilisation citoyenne

La participation citoyenne à la rescousse de nos téléphones

Mes premiers contacts avec la cause environnementale viennent du milieu militant : le mouvement étudiant, les organismes environnementaux et, plus récemment, les forums jeunesse régionaux. Ces dernières années, j’ai eu la chance de travailler avec des jeunes d’un peu partout au Québec qui se sont donné comme mission de rendre accessible la participation citoyenne. 

La participation citoyenne : ça mange quoi en hiver, cette bébitte-là?

La participation citoyenne, ça se reflète en différents moyens de s’impliquer pour avoir une influence sur notre société. Par exemple, en allant voter, en étant bénévole dans un organisme qui défend une cause qui nous tient à cœur ou encore, en participant à une consultation publique. On a parfois l’impression que le gouvernement (municipal, provincial ou fédéral) est loin de nous et que la politique n’est pas accessible. Pourtant, il y a plusieurs moyens d’influencer les décisions, et ça passe entre autres par les consultations publiques.

La consultation publique est un exercice lors duquel des citoyen.e.s et des organisations intéressées sont invitées à se prononcer sur un projet, une politique, une loi en cours de modification, etc. La participation peut se faire en déposant un mémoire, en répondant à un sondage en ligne ou en étant présent.e à une séance de travail sur un sujet qui nous intéresse, par exemple.

Chez Incita, nous travaillons aussi sur des projets qui peuvent avoir une influence sur les décisions politiques. En décembre dernier, quand j’ai appris que la Loi sur la protection du consommateur allait faire l’objet de modifications pour encadrer la durabilité et la réparabilité des objets, j’ai ca-po-té! Depuis le temps que je m’intéresse à cette question, j’étais tellement enthousiaste à l’idée qu’un meilleur encadrement légal favorise la prolongation de la durée de vie des objets (oui oui, je suis geek de consultations publiques ET d’obsolescence).

La participation citoyenne pour agir contre l’obsolescence

Fortes de nos connaissances dans le domaine et de notre intérêt à susciter un maximum de participation, Annick Girard de Touski s’répare et moi avons décidé de contribuer à notre manière. Comment? En proposant des réponses types pour susciter le plus de participation possible. Nous avons donc utilisé notre réseau et fait pression pour avoir une influence positive sur les changements à venir au niveau légal. En date d’aujourd’hui, les modifications législatives ne sont pas connues, mais nous avons bon espoir que certaines des propositions faites soient retenues.

Bien que parfois, on a l’impression que les dossiers importants en environnement ne bougent pas très vite, le travail continu des organisations pour faire avancer la cause finissent par porter fruit. C’est entre autres le cas en France où, suite au travail de l’organisme Halte à l’obsolescence programmé (HOP), le gouvernement a intégré dans la loi l’obsolescence comme étant un délit passible d’importantes amendes… et de prison! Plus récemment, Apple a été condamnée à payer 25 millions d’euros d’amendes pour avoir mis en place un stratagème d’obsolescence logicielle : le déploiement de mises à jour ralentissant indûment les anciennes versions d’iPhones a volontairement concordé avec la commercialisation des iPhone 8 et X.

Bien que les processus de consultation et les différentes formes de lobbyisme peuvent sembler intimidants, il y a clairement moyen de faire cheminer des idées et des réflexions dans les instances qui ouvrent la possibilité de participer et de faire valoir ses idées.

J’ai parlé de la question de l’obsolescence, mais ça concerne tous les sujets! À titre d’exemple, une pétition initiée par une montréalaise l’automne dernier et appuyée par plusieurs organisations environnementales mènera à la tenue d’une consultation publique sur le gaspillage alimentaire!

Astuces pour participer aux processus de consultation publique

  • Abonnez-vous aux bulletins d’information des instances municipales, provinciales et fédérales qui vous intéressent et suivez l’actualité pour être informé.e.s de la tenue d’une éventuelle consultation.
  • Informez-vous sur les sujets qui vous intéressent et discutez-en autour de vous pour alimenter et faire cheminer votre réflexion, pour développer des arguments solides basés sur des données vérifiées.
  • Participez en votre propre nom, avec des ami.e.s ou en collaborant avec un organisme qui défend des valeurs qui vous représentent.

Pour plus de renseignements

Vous avez des sujets d’articles que vous aimeriez qu’on aborde? Vous avez des commentaires constructifs? N’hésitez pas à nous les laisser à la fin de cet article.

amelie@incita.ca

Spécialiste en gestion des matières résiduelles, Amélie œuvre dans ce domaine depuis plus de 10 ans. Active dans les milieux associatifs, environnementaux et de la participation citoyenne, elle a développé et entretenu au fil des années et de ses implications un vaste réseau de contacts.

Ajouter un commentaire